AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Oh dear we are in trouble ft Django Fonseca

Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Alessandro Lazio
Inscription : 25/06/2018
Messages : 42

MessageSujet: Oh dear we are in trouble ft Django Fonseca   Mar 26 Juin - 23:00

Putain, que t'es déchiré.  Tu sais même pas ce qui t'a pris de boire autant. Fin c'est vrai que d'habitude tu te bourre la gueule, parfois bien sauvagement, genre c'est même une habitude mais là... T'as vraiment abusé. P'tit début d'soirée t'as croisé des mecs cool à la plage, franchement très motocultable, surtout un avec son corps de dieu grecque. L'teint basané comme tu les aimes et les pectoraux saillants recouverts de tatouage. Alors tu les as suivi et t'as passé l'restant de la soirée avec eux. Tu t'voyais déjà te reposer contre le torse luisant de sueur de ta target, après une nuit bien agitée. Mais ils se sont barrés plus tôt que prévu, te promettant qu'un jour vous vous reverriez. Fin parole d'mec bourré ça vaut que ça vaut. C'est à dire pas grand chose, proche du néant niveau crédibilité, même si vous avez quand même échangés vos numéros. à ce moment là, tu t'es dis que t'avais deux choix. Soit rentrer, vomir dans les chiottes et pieuter, en laissant bien en évidence une cuvette pas loin d'ton matelas, juste au cas où. Ou soit rester solo et venir dans c'bar où t'est jamais allé. Fin en fait c'est possible que tu sois venu là bas, mais dans ce cas là tu t'en souviens plus du tout, comme la moitié de tes soirées d'ailleurs. Du coup, après concertation, en ayant essayé de faire marcher l'peu de neurone encore en état de fonctionner après les litrons d'alcool que t'as englouti -tout juste deux trois- t'as préféré t'adosser à la table du bar et commander un cuba libre. Puis un autre. Bah ouais, passer une cuite avec d'lalcool c'est une top idée. L'eau c'est pour les faibles. Et au bout du troisième tu sais pas trop c'qu'il te prend et tu t'sens l'envie de bouger. L'envie d'danser et d'embrasser l'monde à pleine bouche. Problème, t'as la démarche de l'ivrogne qui vient de côtoyer de trop près bibine et Polia et surtout un verre à la main. Un autre cuba. Tu finis par percuter quelqu'un alors que t'as même pas atteint l'air libre. Ouais c'est logique finalement. Vu dans quel état tu es.

- Bordel, tu peux pas faire attention ducon.

Tu sais pas trop c'qu'il te prend de dire ça. petit penchant suicidaire probablement. Surtout que t'es carrément en tord vu que c'est toi qui sait pas où tu vas. Mais t'as lu dans des livres de psycho qu'avoir recours à l'intox ça marche souvent. Puis tu regardes l'gars contre qui tu t'es encastré. Un renoi à l'aspect athlétique. Avec les vêtements couverts du liquide que t'as renversé sur lui. Là tu sens que t'es vraiment dans la merde.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Django Fonseca
hear me roar
Inscription : 15/06/2018
Messages : 220

MessageSujet: Re: Oh dear we are in trouble ft Django Fonseca   Mar 26 Juin - 23:59

Tu t'éclates à fond, rien à dire. La musique est tellement forte que t'as l'impression que ton corps entier vibre au rythme des basses. T'es au milieu de la foule, ça danse, ça se colle, ça se frotte. En début de soirée, tu vas avec tes potes du côté de Santa Catalina, histoire d'éviter de te retrouver uniquement avec des touristes. Ta bande est autour de toi, quelques amies aussi. L'ambiance est excellente, vous faites les cons, vous dansez, vous rigolez. Des délires. Et évidemment, vous vous lancez des défis à la cons, ce qui explique la bouteille de tequila descendue en un temps record. Sauf que quand tu te rends compte que ça te monte à la tête, c'est trop tard, cette sensation d'étouffer, d'avoir besoin de vomir tes tripes, t'enserre, t'attrape, te couillonne. Alors te fraies un chemin au milieu des fêtards sous le rire de tes potes. Les enfoirés. Ils savent que tu vas revenir deux minutes plus tard, vidé de tes boyaux, le sourire aux lèvres, prêt pour la prochaine tournée.

Sauf qu'une fois dehors, l'air frais t'empêche de gerber. Alors tu profites, tu respires un coup, tu fais quelques pas, comme si ça t'aiderait à décuver. T'es con de boire autant. Surtout que t'as des cours le lendemain, vers 11h. Pas sûr que tu te retrouves sur les bancs de l'université en continuant la soirée sur ce rythme. T'es prêt à entrer de nouveau dans le bar. Sauf qu'il te semble repérer une meuf avec qui t'as déjà passé de bons moments, et elle entre dans celui d'à côté. Sourire aux lèvres, t'entre à sa suite, t'engouffrant de nouveau dans la foule. Et là, un type trop ivre te renverse son verre dessus en trébuchant. Tu lui lances un regard méchant, genre tu vas le dégommer, mais au fil des années, t'as appris qu'ici, à Palma, c'est monnaie courante de rentrer trempé d'alcool. Si une bagarre éclatait pour chaque verre renversé, l'île ne serait qu'un immense terrain de boxe. Sauf que le type, en plus il est canon, ne ferme pas sa gueule. Et au lieu de s'excuser, il t'accuse. « Bordel, tu peux pas faire attention ducon. » D'accord, t'es ivre. Mais c'est lui qui t'as foncé dedans. Et il t'insulte en plus ? T'as le sang chaud, et dilué à de l'alcool. Mauvais mélange. Alors tu le pousses, un peu fort, histoire de le faire reculer un peu. « Mais t'es con ou quoi ? » T'as pas envie spécialement envie de te battre, mais son arrogance, elle t'énerve. Et en général quand tu cognes, c'est pas pour rien. Sauf que ce type ne sait sans doute pas que tu pratiques du mma depuis un moment. Donc logiquement tu pourrais le démonter. Sauf si t'es trop ivre pour ça. Tes sourcils se froncent, t'es pas content.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Alessandro Lazio
Inscription : 25/06/2018
Messages : 42

MessageSujet: Re: Oh dear we are in trouble ft Django Fonseca   Mer 27 Juin - 8:24

Ow ow ow ow. L'gars te toise d'un air méchant. En même temps c'est logique bordel. L'gars tu  le connais ni d'ève ni d'Adan et tu lui renverses ton verre à la tronche. Ok pas cool. Puis là tu commences à faire l'chaud. En plus, t'aurais pu choisir une meilleure personne quand même pour essayer de transformer tes boules en titane. Franchement l'mec a l'air bien vénère, en très bonne forme physiquement. Bref pas l'genre de personne avec qui t'aimes te frotter en général. Mais d'toute façon tu te frotte à personne toi, t'es un pacifique, une sorte d'hippie avec une belle tronche, peace & love c'est ton crédo, t'irais presque à dire que si on te giflais la joue droite tu tendrais l'autre. Enfin peut être pas quand même, t'as encore un minimum d'honneur. Mais surtout, t'as jamais eu à te battre quoi. Si, une seule fois, contre une personne. Elle était balaise et t'as perdu. Gros palmarès de combattant quoi. Putain c'te crétine t'avait même explosé l'nez. T'avais chialé comme un gosse dans les jupes de ta mère. "papa maman une fille m'a tabassé" . C'est à ce moment là que tes parents avaient compris que t'étais un fragile. Bref rien d'bien glorieux. Alors pourquoi tu te mets dans cette merde. Ok, y'a pas d'soucis, une embrouille ça arrive vite, mais dans ce cas tu calmes le terrain. T'es bourré, ça s'voit à des kilomètres vu les effluves d'alcool que tu dégages, t'es maladroit, t'as pas fait gaffe, t'as renversé ton verre sur l'gars. Pas cool. Mais y'a pas mort d'homme, mais non toi, au lieu de t'excuser, tu fais l'malin. Putain t'aurais pu lui payer un verre, l'emballer et t'excuser en usant d'ton corps, mais non non non. Tu fais l'gros con arrogant.

Et c'est là qu'il te pousse violemment. ça y est t'es dans l'arène, la putain d'arène de gladiateur. Mais t'as pas d'armure. à cette heure ci, tu paierais cher pour avoir un fléau, t'sais cette arme médiévale avec une boule hérissée de pique qui se promène autour d'une chaîne. Ou un bon vieux katana. Ouais c'est bien un katana, tu t'sens kill bill. Mais non non t'as tes poings et... tes poings. Alors t'évalues la situation. Tu fais presque un mètre quatre vingt dix lui ne doit même pas atteindre le mètre quatre vingt. Alors quoi, techniquement tu devrais t'en sortir non ? Mais quand il t'a poussé, t'as compris direct que d'un l'mec savait y faire et que de deux, il avait beaucoup d'force. Bon allez, il t'reste plus qu'à t'excuser, tu peux encore sauver la situation. *Viens j'vais m'excuser dans les chiottes hihi, j'ai une bonne technique de langue hihi*

- Mais c't'toi qui est con, grosse merde. J'suis tranquille avec mon verre et toi tu m'fonce dessus. J'te préviens mec, t'as intérêt à me le repayer sinon...

Mais putain qu'est c'qu'il te prend. Quand t'étais gosse y'avait une belle falaise près d'où tu vivais et tes parents te disaient toujours d'faire attention, parce que y'avait du vide et que le vide ça fait mal. Bah là, tu la vois c'te falaise, bah t'es en train sauter à pied joint d'dans. Non mieux, t'as fait un putain de backflip... Et d'ailleurs, sinon quoi ? Sinon tu vas te transformer en Bruce Lee et lui foutre un high kick ? Ou plutôt en Usain Bolt, c'plus logique. Ouais c'est vrai que tu courais vite à une époque...

HRP : lui fous pas direct un coup dans la tronche, j'ai une p'tite surprise pour Django amoureux


Lot of dreams in the head. Feeling like a free man.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Django Fonseca
hear me roar
Inscription : 15/06/2018
Messages : 220

MessageSujet: Re: Oh dear we are in trouble ft Django Fonseca   Mer 27 Juin - 9:50

Tout aurait pu se terminer assez vite. Un sourire, des excuses bredouillées. Tu te sentais même de tout à coup boire un verre avec ce type, et tout redeviendrait cool. Combien de fois ça t'es déjà arrivé. Les bousculades en boite, avec tous les bourrés,c 'est courant. Et dans la grande majorité des cas, ça se termine en sourires, excuses et hop, on repart chacun de son côté. Sauf que ce type n'a pas l'air de vouloir comprendre. « Mais c't'toi qui est con, grosse merde. J'suis tranquille avec mon verre et toi tu m'fonce dessus. J'te préviens mec, t'as intérêt à me le repayer sinon ... » Tu hausses un sourcil, abasourdi par sa réaction, par son accusation. En encore plus, par ses menaces. Sinon quoi ? Un bref coup d'oeil autour te confirme qu'il est seul. Pas de pote prêt à en découvrir, à venir à sa rescousse. Les gens ne semblent même pas remarquer qu'ils s'apprêtent à assister à quelque chose, seuls quelques uns vous regardent un peu bizarrement. Tu évalues vite tes chances. Il est plus grand que toi, c'est un point à ton désavantage. Sauf que depuis le temps, tu sais que la taille ne compte pas. Et pas uniquement dans le caleçon, mais aussi dans les combats. T'as pas peur de te frotter à lui, t'as l'air plus musclé. Et surtout, t'es entraîné. Mais en même temps vous êtes tous les deux ivres, donc t'ignores tout de l'issue, même si tu parierais sur ta tête. Bon, dans le doute, tu décides de lui laisser une dernière chance. « Mec ... » Tu t'approches de lui, vos visages séparés de quelques centimètres seulement. Tu peux sentir son halène alcoolisée, du rhum, si tu ne te trompes pas. T'as le regard mauvais, tout ton corps est tendu, prêt à lui balancer un coup de poing, un coup de genou. Mais tu attends encore un peu. « ... sinon quoi ? » Il a pas l'air de comprendre que tu vas pas te rabaisser, et encore moins lui payer un verre. En plus ça t'emmerderait de lui amocher la tronche, parce que faut quand même avouer qu'il est canon ce type, avec son air latin, ses yeux, et cette putain d'arrogance qui baigne sur son visage ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Alessandro Lazio
Inscription : 25/06/2018
Messages : 42

MessageSujet: Re: Oh dear we are in trouble ft Django Fonseca   Mer 27 Juin - 19:14

T'as sauté de c'te maudite falaise et tu t'es pété les deux jambes. à cette heure ci, tu pries pour que quelqu'un vienne te chercher et t'sauver. Fin c'est un peu la métaphore qui te vient à l'esprit. Genre, il te reste encore un p'tit espoir avant d'atteindre le point de non retour. Et le point en question il prend la forme d'une droite, qui viendra te percuter d'plein fouet si tu joues encore au con. D'ailleurs, tu t'demande la sensation que ça fait de se recevoir une vraie frappe de bûcheron dans la tronche. ça doit vraiment pas faire du bien. Picoter un peu si l'mec est inexpérimenté, te plonger carrément dans les vapes si le gars l'est beaucoup. D'ailleurs quand t'étais médecin, t'en as soigné beaucoup des gens qui s'étaient fait rosser lors d'une bagarre, c'était pas très jolie à voir. Notamment un qui avait toute... pourquoi tu penses à ça en fait ? Peut être que ton esprit divague pour essayer de te protéger de l'inéluctable. D'la mouise dans laquelle tu t'es mis. Tout seul. Bordel, c'est pas l'moment de faire une absence. Surtout pas maintenant, alors que tu sens que ta vie est en train de défiler.

ça y est l'mec est vraiment vénère, il s'est approché de toi de très près, probablement une manière d'intimation. Vos visages se touchent presque. Dans une autre situation ça en deviendrait presque sensuel. T'aurais juste à décaler un peu la tête pour lui rouler une grosse pelle et tout débloquer. Fin seulement si l'mec est bi ou gay. Manquerait plus que ce soit un gros homophobe et tu serais encore plus dans la mouise. Son "sinon quoi" sonne un peu comme un ultimatum. Aussi t'es crétin à avoir voulu jouer l'mec intimidant, ça se voit probablement que t'es littéralement en train de te chier dessus. Sinon quoi... "Sinon j'vais mettre à chialer, j'vais m'rouler par terre et faire la grosse victime ?". Allez trouve un truc... Tu lances un rapide coup d'oeil autour de toi, au cas où quelqu'un serait potentiellement déterminé pour vous séparer, mais y'a personne qui semble être disposé. D'toute façon, t'es même pas convaincu que quelqu'un s'intéresse à vous, peut-être deux trois personnes qui vous dévisagent bizarrement et encore. Et puis, d'toute façon t'as assez vu de "fight compilation" sur youtube pour comprendre que les badauds préfèrent mieux regarder avant d'agir. C'est toujours un beau spectacle de voir des gens s'écharper.

- Sinon, je vais te latter la tronche et te faire bouffer tes dents. Tu sais pas qui j'suis moi.

En fait t'es personne. Mais t'as déjà vu ça dans des films. Psychologie inversée. Faire croire que t'es quelqu'un d'important et qu'il aurait des ennuies à se taper avec toi. Et surtout paraître menaçant. Que d'la gueule. T'es pas sûr que ça va marcher parce que l'mec n'a pas l'air du genre à se faire influencer. Totalement sobre tu aurais esquivé le combat, quitte à t’asseoir sur ton honneur, mais l'alcool te pousse à agir comme un vrai crétin. *note pour demain, ne plus se torcher au point de pas se contrôler* *note 2 : penser à récupérer ses dents*.


Lot of dreams in the head. Feeling like a free man.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Django Fonseca
hear me roar
Inscription : 15/06/2018
Messages : 220

MessageSujet: Re: Oh dear we are in trouble ft Django Fonseca   Mer 27 Juin - 23:49

Après quelques secondes qui te paraissent une éternité, le type te réponds. Arrogance à l'état pur, ça t'énerve, t'as envie de lui latter la tronche. Et pourtant croyez-moi, t'es pas un gars violent à la base. « Sinon, je vais te latter la tronche et te faire bouffer tes dents. Tu sais pas qui j'suis moi. » Sa menace ne me touche pas spécialement, hormis qu'elle chauffe encore plus le sang dans tes veines. T'as l'impression de bouillonner. Sans t'en rendre compte tes poings se serrent. C'est là qu'un type que tu connais pas débarque, pose une main sur ton épaule. En anglais, il te demande de te calmer, de t'amuser, d'aller boire un verre. Mais c'est trop tard, t'es trop énervé pour ça, ce connard t'as trop provoqué, il fait trop le malin. Alors tu le pousses aussi un peu plus loin. Dégage. Tout semble déraper. Les gens comprennent qu'une bagarre va éclater, alors entre les danseurs qui n'ont rien capté et qui continuent à pousser dans tous les sens, le type que tu viens de bousculer qui reviens à la charge. Et cet inconnu qui te mate toujours avec son regard débordant de défi. T'as l'impression de devenir fou. La faute à l'alcool, sûrement.Tu retiens ton envie de balancer ton coude direct dans sa tronche. Tu te rapproches de lui, bien décidé à lui faire ravaler sa provocation. Sauf qu'au moment où ton poings traverse l'espace vous séparant, tu te fais bousculer. Alors tu rates, la magnifique droite ricochant à peine sur lui. Mais les gens commencent à pousser de tous les côtés. Ça sent les problèmes. Et dans l'obscurité entrecoupée de lumières, flashs et autres lasers, tu le perds de vue l'espace de quelques secondes ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Alessandro Lazio
Inscription : 25/06/2018
Messages : 42

MessageSujet: Re: Oh dear we are in trouble ft Django Fonseca   Ven 29 Juin - 8:03

Oh dear, tu peux pas t'empêcher d'être fière de toi, malgré la bassesse de ta répartie. En attendant, t'es bien conscient que ça va se retourner d'un instant à l'autre contre toi et que si avant t'avais encore l'opportunité de t'en sortir à l'amiable, là t'es à 250 km/H, sur le périph sans frein. Et tu sais quoi, la route est en travaux. Tu l'vois refermer ses poings et tu te prépare à encaisser. Ouch. *si j'ferme les yeux ça fera moins mal ?* 3 secondes avant l'impact. 2 secondes avant l'impact. 1...  

Mais qui vois-tu s'approcher de vous ? Qui est cette personne qui pose sa main sur l'épaule de ton opposent et qui l'enjoint en Anglais de se calmer, d'apprécier la soirée ? Un ange ? Là tu te vois soudainement commentateur d'un combat d'boxe et plus la cible. *Cher public à ma droite merci d'acclamer : ROGER, le rosbiff déter, l'ange gardien de ces lieux qui donnera sa vie pour sauver; Alessandro le beau gosse des plages qui aaaaaaa... un peu trop cherché la merde. à ma gauche, un renoi déter, déjà six fois champion du monde de MMA, vainqueur de 30 matchs tous par KO. Mais qui va gaaaaagner ce soir, à la Palma Arena. Mesdames et monsieur, que le combat commence et que le meilleur gagne.*

D'un geste, ton opposent envoie promener le random sans nom qui a voulu s'interposer. *Finalement il est pas si doué le conor mcgregor en carton* Tu tires une sale tronche, constatant que ta dernière occasion de te défiler est passée. Surtout, qu'tu sens que l'atmosphère est soudainement devenue  électrique. Les gens ont compris que vous étiez en train de vous embrouiller, du moins une partie, les autres étant trop occupés à pogoter sur du blur - song 2 lancé à plein volume. C'est l'meilleur moyen, pour que dans la cohue une bagarre générale se déclenche. Perdu dans tes songes, t'as pas vu arriver la grosse droite qui fend l'air et semble vouloir te percuter d'plein fouet, d'la même manière que si tu t'amusais à twerker devant un TGV lancé à pleine vitesse. Mauvais bail.

Toi qui te voyais déjà faire un séjour à l'hôpital, voilà qu'elle te touche à peine, ton sauveur vient de réapparaître bien déterminé à ravaler l'affront que ton futur bourreau lui a infligé. Mesdames et monsieur, nous sommes de retour à la Palma Arena. Après avoir assisté au match légendaire entre Rocky et Mister T, qui s'était rappelez vous soldé par une victoire retour de l'étalon Italien, je vous remercie d'être présent pour la revanche de Roger, leeeeeee superman éco + qui affrontera de nouveau, Djangoooo qui n'est plus enchaîné et qui après avoir sauvé sa femme est de nouveau prêt à défendre son titre de champion du monde de MMA.

Mais toi t'es tellement une petite flipette que même si la droite a à peine ricoché contre toi, t'as limite fait un bon en arrière. Et t'as bousculé quelqu'un, qui a lui-même bousculé quelqu'un. Au final vous vous retrouvez à 4 par terre. Là ça commence vraiment à gueuler, mais tu te rends vite compte que cette nouvelle cohue est surtout un moyen pour toi de te barrer. Les gugusses qui se battent font l'objet d'une bonne diversion. Tu te lèves, tu sors rapidement de la pièce et là tu captes le regard de celui qui voulait te foutre la tête au carré. Tu peux pas t'empêcher de lui faire un doigt d'honneur, te mettant à courir de toutes tes forces. *Allez rattrape moi maintenant*


Lot of dreams in the head. Feeling like a free man.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Django Fonseca
hear me roar
Inscription : 15/06/2018
Messages : 220

MessageSujet: Re: Oh dear we are in trouble ft Django Fonseca   Ven 29 Juin - 9:07

La musique, un de ces sons où les gens aiment sauter, se pousser, pogoter comme des cons, n'arrange pas les choses. Et en reculant après ton coup, ce connard a bousculer quelqu'un, provoquant une mini-réaction en chaîne. T'es poussé. Tu te retournes, énervé comme jamais, poussant à ton tour. C'est en train de partir en couille, avec une petite bagarre générale. Certains s'amusent et pensent que ce n'est qu'un jeu. Pas toi. Sauf que c'est pas sensé se passer comme ça, tu voulais juste calmer l'autre con. Il est où d'ailleurs ? Au milieu de la mêlée c'est chaud de savoir. Quand un type t'attrape par le col et te tire vers lui, tu kiffes pas tellement. Alors tu en posant tes mains sur son épaule, tu l'attires rapidement à toi, tu lèves ton genou qui s'encastre dans ton bide. Un connard de moins. Tu repères tout à coup l'autre bobet. Il t'envoie un gros fuck avant de se barrer en courant, l'enfoiré ! Aucune dignité, aucune fierté ! Un lâche ! Sauf que toi aussi t'as un minimum d'honneur, alors tu te démerdes pour partir à sa suite, glissant entre les corps chauds bouillants qui s'embrouillent. Tu manques de te prendre deux-trois types, mais t'es agile, rapide. Sauf qu'il est déjà dehors, tu le vois passer la porte. Tu vas l'éclater. Lui faire comprendre que t'insulter sans raison, c'est pas la meilleure des idées, surtout quand t'as trop bu. L'air frais dans la tronche, ça fait du bien. Tu te rends compte des gens qui te regardent partir derrière un type en courant. La situation a dégénérée ? Clairement. T'es un sportif, tu le rattrapes petit à petit. Vive tes jeunes années au centre de formation de football. Sauf que là, tu vois qu'il va traverser la route en tapant un sprint. Putain les voitures. Elle ne vont même pas le remarquer. Alors tu donnes tout, ta tête tourne, tes muscles brûlent, tes poumons pompent tout l'air possible, mais tu y es. Il est en train de faire son premier pas sur la route. Une voiture, pleine vitesse. Le trou du cul. Tu tends le bras, et agrippe de toutes tes forces. Tu tires violemment en arrière, la voiture passe en un éclair. Vous tombez tous les deux l'un sur l'autre. « Coño. » T'es énervé. Tu sais pas si c'est par toute cette situation, ou par le fait qu'il aller se faire renverser. Mais c'est comme si toute la tension retombait d'un coup ?



beach. sex. sun.
fiesta.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Alessandro Lazio
Inscription : 25/06/2018
Messages : 42

MessageSujet: Re: Oh dear we are in trouble ft Django Fonseca   Ven 29 Juin - 13:19

Tu sors du bar en trombe. La p'tite brise te fais du bien et évacue limite toute l'alcool qui te reste dans le sang en un instant. Ou alors peut-être que c'est le choc d'adrénaline qui s'est emparé de toi, parce que si avant, l'ambiance était juste bonne enfant, que tu faisais le pitre et l'suicidaire à provoquer un mec 10x plus déter que toi, là tu sais qu'avec le petit coup de pute que tu viens de lui faire ; un doigt d'honneur et l'semer, t'es vraiment dans la merde. Si l'mec a suffisamment le sang chaud, tu sens que c'est pas juste à l'hôpital mais à la morgue que tu finiras. Et toi t'as pas forcément envie de finir dans l'journal à la rubrique fait divers. T'espère quand même mieux comme fin, que de faire les gros titres et subir la pseudo analyse de ces tocards de journaliste *flash info, une bagarre dans un bar coûte la vie d'une personne. Une sordide rixe entre deux belligérants alcoolisés d'une vingtaine d'année. Un fait divers parfaitement représentatif de la jeunesse binge drinking et no limit* Alors tu te mets à accélérer, en dépit du feu qui commence à annihiler tes poumons. ça fait depuis longtemps que t'as pas fait sérieusement du sport -en dehors de celui en chambre, là t'as autant de cardio qu'un Usain Bolt sous cocaïne- et les joints que tu t'enfiles presque quotidiennement n'arrangent pas les choses. T'imagines même pas les poumons encrassés que tu dois avoir. *D'toute façon, j'aurai pas l'temps de crever d'un cancer ou d'une sirose du foie, j'vais décéder maintenant si l'autre taré me rattrape...* Tu jettes furtivement un coup d’œil derrière toi, la faucheuse continue à te poursuivre et elle est en train de gagner du terrain, les yeux suintants de haine. *putain quand on dit que les noirs courent vite bordel, c'te discrimination même dans la génétique*

Tu redoubles d'effort, mais un problème vient vite se confronter à toi. Tu t'es TROMPE d'chemin et t'arrives à une PUTAIN d’intersection où les voitures vont à toute berzingue. T'as pas l'choix. Soit t'arrêter, faire face et te prendre une violente correction. Soit prier un bon coup, chourer des ailes et voler au dessus des bagnoles. *Icare s'il te plait, tu veux pas me filer les tiennes. Merci.* Bon Icare est pas sorti d'la flotte pour te donner les siennes, de toute façon il en a plus. Alors tu prends une grande inspiration et tu sprint encore plus. à peine lancé sur l’asphalte, tu sens que t'es juste un sombre crétin et que t'as pris la pire décision de ta vie. Tu vois déjà la masse de plus de trois tonnes qui va te percuter, les pleins phares t'aveuglant. *Papa maman, euh, j'suis con, voilà c'est tout ce que j'avais à dire* Plus tard, on viendra faire un top YouTube sur les morts les plus débiles et tu figureras en première place. Mort pour d'la merde, aplatis comme une mouche sur une route. Une fin héroïque digne des plus grands.

Mais tu sens soudain une pression sur ton épaule. L'gars qui te tire en arrière et toi, vous valdinguez par terre, l'un sur l'autre. Quoi ? On dirait que celui qui voulait te foutre la tête au carré quelques secondes plus tôt vient de te sauver la vie ? à moins qu'il veuille juste te rosser lui-même, d'ses propres mains et pas laisser le plaisir à une conductrice random qui n'a de toute façon rien demandé. Alors par réflexe, tu lui colles une droite qui l'atteint mollement à l'épaule et tu te dégages, te relevant en trombe et foulant l'bitume de nouveau. J'suis libre j'suis libre ! Mais t'as l'temps de faire trois foulées que tu t'écrases par terre, ressentant une vive douleur à la jambe. *bordel j'ai dû me faire un claquage* Alors, suant, les poumons encore en feu sous l'effort, tu t'assois à même le sol et tu contemples le gars. Une remontée acide te fait vomir le trop plein d'alcool que t'as ingéré *c'est bien le bon moment pour tomber malade*.

"Bon c'est bon t'as gagné. J'crois qu'on va en rester là. Non ?"

T'as vraiment le timbre de voix du condamné.


Lot of dreams in the head. Feeling like a free man.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Django Fonseca
hear me roar
Inscription : 15/06/2018
Messages : 220

MessageSujet: Re: Oh dear we are in trouble ft Django Fonseca   Ven 29 Juin - 16:15

Tu ne captes pas tout ce qui se passe, avec ta chute, ce connard qui te tombe dessus, ta tête qui tourne. Tu n'as aucune idée de la suite des événements, mais t'as de moins en moins envie d'éclater la tronche à cet inconnu. Ou seulement un peu. Tu verrais bien. Sauf que cet imbécile, au lieu de te remercier de lui avoir sauvé la vie, t'envoie un poing dans l'épaule, avant de tout simplement se barrer en courant. T'as mal sur le flanc, à cause du choc de la chute, mais son coup de poing te chatouille à peine. T'en as connu d'autres. T'es prêt mentalement à te relever et à reprendre la course-poursuite lorsque le type s'écroule. Comme ça, d'un coup, comme du n'importe quoi. Alors tu te lèves et tu t'approches. Il a l'air de souffrir. Peut-être sa jambe ? Il reste au sol tandis que tu t'approuves. Tu vois son visage. Merde. Pas ça. Il gerbe le contenu de son estomac sur le bitume, te stoppant dans ton avancée. L'effet d'une course soudaine sur un estomac trop plein d'alcool. T'as l'impression que tu décuves en deux secondes. « Bon c'est bon t'as gagné. J'crois qu'on va en rester là. Non ? » Sa voix trahit son manque d'assurance, peut-être même la peur de se faire éclater la tronche. Et franchement, c'est même pas honorable pour toi de te battre dans ces conditions. Déçu ? Un peu. Parce qu'il t'a provoqué grave quand même. Et qu'il va s'en sortir. Parce que t'es pas méchant, peu rancunier. Contournant la flaque de gerbe, tu lui tends ta main. « T'as eu du bol. » Tu respires un grand coup, comme si cela pouvait évacuer toute la colère. Il t'en faudra un peu plus, mais t'es sur la bonne voie. « Bon viens, on va te trouver de l'eau. Ta jambe ? » Parce que t'es comme ça, toujours prêt à aider ceux qui sont dans la merde. Et que si t'étais dans sa situation, t'aurais kiffé qu'un type, même un connard d'inconnu, te tende la main.



beach. sex. sun.
fiesta.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Alessandro Lazio
Inscription : 25/06/2018
Messages : 42

MessageSujet: Re: Oh dear we are in trouble ft Django Fonseca   Dim 1 Juil - 11:09

T'es dans un état pitoyable, assis ou plutôt affalé à même le bitume, le gout du vomis encore dans la bouche prenant le devant sur les relents d'alcool. Tu ressens les premiers effets d'une violente gueule de bois,  un mal de tête devenant atroce. Des maux prématurés. Il ne doit pas dépasser les quatre du matin. Le ciel encore d'encre et les étoiles lumineuses. T'aimerai tout de suite t'allonger, face à ce magnifique spectacle et sous la fatigue, commencer à fermer les yeux lentement, jusqu'à que n'apparaisse entre tes cils qu'une petite fente de lumière puis le noir complet. T'endormir, bercé par la timide brise.

Mais présentement tu as d'autres chats à fouetter et ta petite nuit paisible à la belle étoile devra attendre. T'as totalement baissé les armes, comme un Léonidas dans 300 face à un terrible Xerxès, sauf que la tienne reddition, n'est pas synonyme de trahison mais d'une profonde lassitude, ponctué par cette effroyable douleur à la jambe qui continue à te lancer. Alors maintenant que tu n'as plus rien d'autre à faire, tu attends, te soumettant totalement au verdict implacable de celui que tu n'as pas arrêté de provoquer, gratuitement, comme si tu avais quelque chose à te prouver. Tu essayes de te mettre à la place de ce beau black dont tu ne connais même pas le nom. Qu'est ce que tu ferais ? D'habitude tu es quelqu'un respirant la sérénité. Tu le laisserais probablement tranquille. Mais c'est difficile à dire, tant jamais tu n'as eu à être confronté à pareille situation. En général tu n'embêtes personne parce que tu sais qu'en cas d'opposition, tu n'auras pas l'avantage. Tu préfères mieux te mettre les gens dans ta poche, surtout les beaux mecs, usant d'un visage qui inspire le désir plutôt que la violence. Et tu uses et abuses de tes charmes.

A la manière dont ton interlocuteur garde les lèvres crispées, tu sens qu'il s'apprête à dire quelque chose. Tu arrives presque à voir les rouages de son cerveau se mettre en branle, pensant le pour et le contre d'une décision. Et finalement, il choisit la voix de la paix, te tendant sa main. Te disant à quel point tu as eu du bol et t'enjoignant à trouver de l'eau, tout en s'enquérant même de l'état de ta jambe. Tu pousses un soupir de soulagement, tu l'as échappé belle et après la haine, t'as désormais une furieuse envie de lui faire un câlin mais tu te retiens, saisissant juste la main tendue. *Finalement c'est moi qui ai été un gros con depuis le début...*

- Ma jambe ? Je sais pas. La douleur est violente mais... ça devrait se réguler... Je voulais te dire... J'suis vraiment désolé de t'avoir provoqué dans le bar et après, j'sais pas ce qu'il m'a pris, d'habitude je suis quelqu'un de cool... mais là... j'ai pas...

Les mots t'écorchent la bouche, ça doit être la première fois que tu as as prononcé des excuses. D’habitude tu préfères jouer de ton corps pour t'attirer le pardon de quelqu'un. De toute façon tu n'as même pas le temps de les finir. Tu entends soudain des sirènes de police et très vite tu aperçois des gyrophares qui illuminent et percent la nuit noire. La voiture s'arrête vers vous, un policier ventru en sortant, accompagné de son collègue au crâne rasé. Deux pitbulls que tu sens prêt à vous rosser au moindre mouvement.

- C'est vous les responsables du tapage dans le bar ? On a eu plusieurs signalements de deux jeunes alcoolisés, vous correspondant tout particulièrement, s'étant échappés après avoir provoqué une bagarre générale. Veuillez nous suivre au poste sans faire d'histoire.

Tu tentes de jeter un regard au beau black, essayant d'analyser la réaction qu'il aura. *Taper un sprint ? Toi tu ne peux clairement pas.*


Lot of dreams in the head. Feeling like a free man.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Django Fonseca
hear me roar
Inscription : 15/06/2018
Messages : 220

MessageSujet: Re: Oh dear we are in trouble ft Django Fonseca   Lun 2 Juil - 9:05

L'inconnu semble se rendre compte de sa chance, puisque minimisant sa blessure à la jambe, il s'excuse pour tout. De la provocation à la course-poursuite en passant par le doigt d'honneur, il reconnaît ses tords. Ses paroles t'arrachent un sourire, parce qu'au final, tout semble s'apaiser, se calmer. T'as presque plus envie de lui tomber dessus. Sauf pour ... tu chiffonnes cette pensée en pensant à ce que tu venais de vivre. D'accord, ce mec, il est canon. Mais pour l'instant tu le catalogues toujours du côté des cons. Ça peut changer. Plus tard peut-être. Ou pas. Parce qu'à ce moment, une voiture de police débarque de nulle part, les gyrophares perçant l'obscurité, éclairant vos tronches étonnées. Un premier flic à l'imposant ventre, de ceux qu'on pourrait poser une bière en équilibre dessus devant un match de foot, s'extirpe de la voiture, bientôt suivi par un collègue au crâne en mode patinoire à mouches. Tu flaires les ennuis. « C'est vous les responsables du tapage dans le bar ? On a eu plusieurs signalements de deux jeunes alcoolisés, vous correspondant tout particulièrement, s'étant échappés après avoir provoqué une bagarre générale. Veuillez nous suivre au poste sans faire d'histoire. » Tu regardes ton nouveau pote de galère. Il te regarde. Tu sais que tu pourrais détaler en courant. Ces types ne te rattraperaient jamais, trop gras et vieux pour ça. En moins de cinq minutes tu serais planqué chez un pote, impossible de t'y retrouver. Sauf que l'inconnu là, il a capté ça. Et que lui, aucune chance de s'en sortir. Son regard, celui d'un chien battu, te cloue sur place. Et hop, vous vous retrouvez tous les deux embarqués.

[...]

T'as envie de balancer ton poing contre le mur, mais à part briser tes phalanges ça ne t'amènera à rien. Finalement vous avez réussi à faire croire aux flics que vous n'y étiez pour rien dans la bagarre, mais ils ont quand même décidé de vous garder jusqu'au matin histoire que vous évacuiez un peu l'alcool dans lequel baigne votre sang. Bouteilles d'eaux à la rescousse, ils ont été généreux avec ça. Alors avec l'inconnu, t'es dans une petite cellule moche aux murs en béton. Une minuscule fenêtre laisse entrer un peu d'air frais. Bref, vous êtes seuls au monde pour les prochaines trois heures, au moins. Alors sur le seul lit, tu poses tes fesses, soupirant. « Bon ça aurait pu être pire. » Au vu de la situation, clairement ils s'en sortent bien. Même si tu considères que c'est entièrement de sa faute tout ce bordel. « Tu t'appelles comment en fait ? Moi c'est Django. » Parce que si vous êtes coincés tous les deux dans ce tout petit espace, autant en profiter pour faire connaissance, non ?



beach. sex. sun.
fiesta.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Alessandro Lazio
Inscription : 25/06/2018
Messages : 42

MessageSujet: Re: Oh dear we are in trouble ft Django Fonseca   Mar 3 Juil - 9:46

Quand les flics sont arrivés, t'as senti que l'inconnu pouvait à tout moment te fausser chemin et s'enfuir en courant. Tu présumes sans trop te tromper qu'il aurait été assez rapide pour les semer sans vraiment de difficulté. Quelques minutes plus tôt, tu n'avais fait que constater à quel point il était en parfaite forme physiquement, quand malgré l'avoir distancé de plusieurs mètres, il t'avait rattrapé avec une facilité déconcertante. Toi même, peut-être que tu aurais pu te soustraire aux deux représentants des forces de l'ordre, mais même sans ta blessure, tu ne t'y serais probablement pas risqué, par peur de te faire rattraper et être pour le coup vraiment dans la mouise. Car après tout, qu'est ce que ces flics peuvent avoir contre vous. Effectivement vous aviez provoqué une bagarre générale mais il ne t'a semblé que personne ne s'était blessé dans la mêlée. à moins que ? Dans tous les cas ton sauveur ne manifeste pas plus l'envie que ça de tailler la route. Peut-être que ton regard de chien battu l'a suffisamment décontenancé pour qu'il avorte tout projet de rébellion. Vous vous retrouvez donc embarqués. ça n'est pas la première fois pour toi, mais tu ressens quand même ton ventre qui se tord et tes boyaux qui se contractent sous le stress.

[...]

Finalement les flics ont été assez cool. Du moins, l'inconnu les a suffisamment baratiné pour faire croire que vous n'aviez rien à voir dans cette sombre histoire de bagarre générale. Pas vu pas pris après tout. Présomption d'innocence et tout le tralala. Cependant, leur sympathie à des limites décidant quand même de vous garder sous prétexte que vous seriez mieux dans une cellule étroite pour décuver que chez vous. Dans ton cas, tu ne sens d'ailleurs plus un seul des effets de l'éthanol qui quelques heures plus tôt coulait à flot dans ton corps. Alors, pour passer le temps, tu contemples le cachot dans lequel tu es depuis quelque minute. Une pièce infâme, mais étrangement assez propre au vu de toute la faune qu'elle a du contenir. Des murs un béton et une seule fenêtre encastrée dans le mur, afin peut-être de donner un semblant de liberté. Mais des barreaux solidement vissés empêchent toute évasion.

Tu ne sais pas trop comment réagir face à l'inconnu qui regarde les murs avec une haine farouche. Comme si à main nu, il voulait les briser. Après tout, si vous êtes dans cette situation précaire, c'est amplement de ta faute. Tu crains qu'il s'énerve à nouveau et veuille cette fois te rosser pour tout ce que tu lui as fait subir mais finalement c'est même lui qui brise le silence.

- Oui on a eu chaud... Django comme le film ?

C'est la première chose qui te vient à l'esprit quand il te dit son prénom. D'ailleurs, ça lui va plutôt bien comme nom.

- Moi c'est Alessandro. Enchanté de faire ta connaissance.

Tu lui tends la main. Manière assez dérisoire de faire la paix une bonne fois pour toute alors que ça fait plus d'une heure que vous vous écharpez mutuellement à coup d'insultes et de poursuite musclée.

- Tu fais quoi dans la vie ? Fin si c'est pas indiscret. Vu qu'on est ensembles encore pour trois heures... autant faire un peu connaissance.

Le tu fais quoi dans ta vie, la question la plus bancale au monde. Celle que tu envoies à la pelle sur grindr pour essayer de trouver rapidement un plan cul quand t'es en chasse. Suivi du fameux "t'es passif ou actif". Une question aussi inutile que le "salut ça va" que énormément de personne utilisent en préambule pour espérer démarrer une discussion. Inutile car après tout, qui en a foutre de l'état actuelle d'une personne que tu ne connais même pas encore. La fameuse politesse pour ne pas avouer à quel point il est difficile de forcer la discussion avec un inconnu quand il n'y a aucun élément déclencheur.


Lot of dreams in the head. Feeling like a free man.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Django Fonseca
hear me roar
Inscription : 15/06/2018
Messages : 220

MessageSujet: Re: Oh dear we are in trouble ft Django Fonseca   Mar 3 Juil - 15:48

« Oui on a eu chaud... Django comme le film ? » Tu soupires, parce que cette blague, tu l'entends depuis plus de six ans. Depuis la sortie de ce putain de film à la con. Tu as appris à t'en foutre royalement, mais les gens croient à chaque fois qu'ils sont les premiers à te faire cette blague. Tu hoches simplement la tête, un air blasé collé à la tronche. Alessandro. Tu notes ce nom dans un recoin de ton esprit, histoire de le retrouver si il te cause encore des ennuis. Mais il a l'air plus posé, moins enclin à te provoquer. Alors la main qu'il te tend, tu l'attrapes, histoire d'enterrer définitivement la hache de guerre. Tu la serres franchement. « Tu fais quoi dans la vie ? Fin si c'est pas indiscret. Vu qu'on est ensembles encore pour trois heures... autant faire un peu connaissance. » Tu esquisses un sourire en te penchant un peu en arrière, tes coudes s'appuyant sur le matelas fin comme une feuille, dur comme de la pierre, usé jusqu'à l'os. Tu repousses une idée très peu adaptée à la situation. « Si t'avais été une meuf bonne je t'aurais proposé qu'on baise, tant qu'à faire. » Tu rigoles à ta blague, même si un fond de vérité s'y attache. Et ce type, il est quand même beau. Et canon. T'es bisexuel, tu l'assumes sans toutefois le gueuler haut et fort, encore plus vu que tu ne le connais pas. Tu ignores tout de lui. « J'suis étudiant, et j'bosse dans un bar au paseo. Et toi ? » Mannequin ? Fils à papa ? Ou employé dans une agence de publicité ? Mh, tu le vois aussi bien comme rabatteur de rue pour les discothèques et autres bars dansants de la partie animée de Palma, le soir, jouant de sa gueule d'ange pour attirer des clientes. T'es con Django.



beach. sex. sun.
fiesta.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Oh dear we are in trouble ft Django Fonseca   

Revenir en haut Aller en bas
 
Oh dear we are in trouble ft Django Fonseca
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Libre ♣ Oh dear, we're in trouble. | abandonné
» ☴ oh dear, we are in trouble
» Ferrin ❧ « Oh dear, we're in trouble... »
» Oh Dear, we are in trouble [PV Clyde]
» Hope is Dead : Kira Takumi & Trouble VS Mina Luvia

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
KEEP CALM & PARTY HARD :: La Ciutat :: Santa Catalina-
Sauter vers: