AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Le silence d'une nature paisible ft Anne Lyttelton

Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Alessandro Lazio
Inscription : 25/06/2018
Messages : 42

MessageSujet: Le silence d'une nature paisible ft Anne Lyttelton   Lun 2 Juil - 8:58

T'as eu une furieuse envie de bouger, fouler les frontières de Palma et  te ressourcer ailleurs, loin de l'agitation de la ville. Refaire un plein de nature luxuriante et revenir à nouveau dans ces zones où les hommes n'ont pas encore tout détruit. Une furieuse envie de peindre aussi. Parce que les beaux paysages et la mélancolie du silence t'ont toujours inspiré. Alors t'as fait le plein d'essence et t'as bougé ta caravane, restée statique depuis des semaines. Direction, le cap Formentor et ses magnifiques falaises, la beauté abrupte des précipices et des immensités de roche à perte de vue. Celle de ce phare aussi. Mastodonte parmi les géants. Seule construction de l'homme dans ce lieu. ça et le restaurent qui a ouvert pour attirer les touristes. Mais aujourd'hui, il n'y en aura que très peu. Le temps est menaçant et tu es parti assez tôt le matin pour pouvoir fouler ces lieux en sérénité, loin de la cohue des heures de pointe.

Tu roules depuis une grosse heure, par une petite route escarpée pleins de lacets qu'il est impossible de braver quand les touristes ont décidé de tous se réunir en ce lieu. Mais comme prévu, aujourd'hui il n'y a pas  un seul badaud. La pluie a commencé à tomber, une pluie fine mais suffisante pour éloigner les moins courageux.

Tu viens d'arriver aux falaises. Tu récupères tes affaires, ton chevalet et ta peinture. Aujourd'hui, tu peindras avec de l'aquarelle, les faibles précipitations t'inspirent. Tu marches quelques mètres et trouves rapidement un endroit où t'abriter. Une petite cavité, loin du phare et des hommes, loin de la circulation, de la cohue de la foule et juste assez profonde pour te protéger des intempéries.

Tu installes ton chevalet et commence à sortir les pinceaux. ça y est, tu es seul, face à la nature, à l'immensité de la mer, calme. Au loin, tu vois les bateaux de pèches qui te semblent être de petits points blanc, perdus dans cette étendue d'eau.

Les premiers traits que tu couches sur le papier prennent vite la forme d'un paysage, luxuriant. T'as toujours été doué pour reconstituer la beauté de la nature. Alors que tu peins depuis une bonne heure, tu sens soudain une présence sur ta droite, quelqu'un qui t'observe. Depuis combien de temps ? Tu te retournes, légèrement flippé. Mais cette personne n'est pas le croque mitaine, simplement une jeune femme aux cheveux multicolores qui se tient à quelques mètres de toi. Son visage te semble soudain familier mais tu n'arrives pas à mettre un nom sur celui-ci. Probablement une habitante de Palma pour être présente à cette heure ci en ce lieu. Ou une touriste particulièrement déterminée mais dans ce cas où aurais-tu pu la rencontrer.

"Bonjour ? On se connait non ?"


Lot of dreams in the head. Feeling like a free man.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Anne Lyttelton
Inscription : 29/06/2018
Messages : 36

MessageSujet: Re: Le silence d'une nature paisible ft Anne Lyttelton   Lun 2 Juil - 17:12

Les matins, c’est devenu une torture. Toi qui est une inconditionnelle de la grasse mat’, tu te retrouve à te réveiller à six heures du matin, pas moyen de se rendormir, et en plus t’as la nausée. Pis c’est comme ça tout les matins. Tu sais que si tout va bien, vers trois ou quatre mois ça va se calmer. Mais t’en es qu’a six semaines. Un rapide calcul te fait vite comprendre que tu vas encore en chier pendant un moment. Aujourd’hui, c’est pareil. Voire pire. Tu te dis que t’as besoin de changer d’air un peu, et surtout de respirer autre chose que l’air de la ville. Tu prends ta petite voiture et tu te débrouille tant bien que mal pour arriver à destination sans accidents. Tu t’es dirigée vers le Nord, vers les falaises du cap Formentor. T’aime bien ce coin, avoir la mer à perte de vue, cette sensation de dominer le monde, toi ça te ressource.

Aujourd’hui, il fait moche, ce qui donne à l’endroit une toute autre ambiance, et surtout corresponds assez bien à ton humeur du moment. Les quelques gouttes qui tombent garantissent l’absence des masses habituelles de touristes, et tu peux profiter du calme. Pour t’abriter, tu sais qu’il y a  pas loin un petit renfoncement creusé dans la roche, qui t’éviteras de choper la crève en plus. T’arrive à l’endroit dit, pis là, tu vois quelqu’un. D’habitude, y’a personne, t’es surprise. Le gars est en train de peindre, super concentré. Tu t’approche sans bruit, tu veux pas le déranger. Tu t’appuie contre la roche et tu le regarde. C’est apaisant, presque fascinant. Le gars en question te paraît un peu familier, mais tu n’y prête pas trop attention. Tu vois passer tellement de monde au travail que presque tous ceux que tu croises te semblent familiers.

Plusieurs minutes passent ainsi, toi qui l’observes et lui qui peint. Il finit par remarquer ta présence. "Bonjour ? On se connait non ?" L’impression de familiarité est donc réciproque. Mais où as-tu pu le croiser ? En soirée, peut-être. Au travail, c’est pas impossible, même si c’est rare que les gens prêtent une quelconque attention aux ouvreuses. Bien que, des ouvreuses aux cheveux roses y’en a pas tous les jours, mais jusqu’à il y a peu, t’étais rousse. « Je dirais que oui, mais je saurais pas dire d’où ». Tu vois passer tellement de gens dans ta vie que tous les visages finissent par se ressembler. « Tu vas au théâtre parfois ? Ou dans des soirées ? ». Par reflexe, tu le tutoie. Il a l’air d’avoir ton âge, tu penses pas qu’il s’offusquera. Tu réprime un haut le cœur, ta nausée est toujours bien là, la salope. Tu croises les doigts pour que ça passe rapidement, t’as pas envie de te retrouver à vomir sur un mec que t’as tout juste rencontré.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Alessandro Lazio
Inscription : 25/06/2018
Messages : 42

MessageSujet: Re: Le silence d'une nature paisible ft Anne Lyttelton   Mar 3 Juil - 13:44

Pendant que tu lui poses la question, attendant une réponse, tu continues d'une main à peindre le paysage. Pas assez impliqué dans la discussion pour te détourner de ton tableau. L'art avant tout, l'art avant les liens sociaux. Surtout quand tu t'es placé volontairement dans un coin reclus de la société pour être justement tranquille. Mais, à bien des égards, la présence de la jeune femme ne te dérange pas plus que ça, notamment quand celle-ci te confirme qu'elle aussi t'a déjà vu quelque part. Au moins tu n'es pas fou. Parfois, tu as cette impression de déjà vu sans qu'elle ne soit pour autant justifiée. Quand t'étais en médecine tu avais même étudié ce phénomène, encore assez méconnu des scientifiques. Mais ayant quand même une plausible explication rationnelle comme beaucoup de chose sur terre. La paramnésie. Une altération du cortex rhinal, en bref encore un mauvais coup du cerveau humain. Sacré blagueur celui là. Ou bien, pour les plus mordus de science fiction, la fusion de plusieurs mondes parallèles en passant par un complot reptilien.

Et puis celle-ci te parle du théâtre et c'est à ce moment là que tu mets un nom sur ce visage. Ou plutôt un lieu. Il y a de ça deux semaines, tu étais allé voir une pièce, toi qui aime tant l'art sous toutes ses formes. Une représentation de Shakespeare faite par une troupe française qui avait déjà sillonné une bonne partie du globe terrestre. Malheureusement la prestation avait été assez mauvaise selon toi et à peine sorti de la salle,  la pièce s'était perdue dans les méandres de ton esprit,  rejoignant la case des choses futiles à oublier. Cependant, quelqu'un avait vaguement saisi ton attention et en y repensant tu arrives désormais à distinguer presque limpidement la scène. Une ouvreuse.  Une ouvreuse comme il en existe d'autre, mais assez jeune comparé à la norme dans ce métier en voie de disparition. Respirant la vie. Avec des cheveux roses. Cette fugace rencontre avait eu sur l'instant présent, plus de valeur que l'oeuvre entière de Shakespeare qui s'était déroulée à la suite sous tes yeux ensommeillés. Mais elle aussi avait rejoint les méandres de ton cerveau tant tu es amené chaque jour à croiser une infinité de visage si différents les uns des autres.

- Effectivement ! Maintenant je me souviens. Le théâtre. Tu es ouvreuse c'est bien ça ? D'ailleurs, je ne te remercie pas. Tu m'as donné une très mauvaise place.

Tu rigoles un bon coup. En fait, tu ne te souviens pas du tout de l'endroit où tu étais assis. De toute façon, même si tu avais été toi-même sur scène, que tu avais tenu la bote aux comédiens, la pièce n'aurait pas eu plus de valeur tant elle était catastrophique. Mais tu as toujours eu recours à l'humour, surtout quand tu dois parler à des inconnus. Si la blague n'est pas trop lourde c'est un bon moyen d'enclencher une discussion.

Cette fois-ci elle à toute ton intention. Tu as même posé ton pinceau à même le chevalet. Attendant patiemment que la sociabilité propre à l'humain face son effet. Tu regardes ensuite son visage, le même que dans tes souvenirs, sauf que cette fois ci celui-ci revêt un drap blanc.

- Dis moi, tu es toute blême ça va toi ?


Lot of dreams in the head. Feeling like a free man.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Anne Lyttelton
Inscription : 29/06/2018
Messages : 36

MessageSujet: Re: Le silence d'une nature paisible ft Anne Lyttelton   Mer 4 Juil - 20:57

T’as beau être une fille, faire deux choses à la fois, c’est pas ton fort. Alors tu le regarde continuer à peindre en même temps qu’il te parle, et tu piges pas comment il fait. Pas peindre, hein, ça tu sais faire. Pas aussi bien, mais tu te débrouilles. Mais quand tu fais ça, t’es obligatoirement à fond dedans. Tu peux pas écouter ou parler en même temps. Si tu fais ça, tu foires tout. Quand tu parles de théâtre, tu le vois tilter. Ok, donc c’est quand même bien là que tu l’as croisé. Ca doit être récent, sinon tu aurais complètement évacué son visage de ta mémoire. Lui en tout cas se souviens de toi. C’est déjà plus courant, y’a quelques habitués qui t’appellent par ton prénom alors que toi tu les oublies. Et encore, le pire c’est les espèces de dragueurs lourds. Y’en a toujours au moins un, ça rate jamais. Jeunes comme vieux, la drague à deux ronds ne connait pas de limites générationnelles.

Et puis y’a les râleurs. Pareil, y’en a toujours au moins un, qui trouve qu’il est mal assis, qu’il voit pas bien la scène, qu’il a trop chaud, trop froid. Y’a toujours quelque chose qui va pas. Alors quand il te sors qu’il avais une mauvaise place, ton premier réflexe, c’est de froncer les sourcils. Heureusement pour lui, il éclate de rire derrière et tu comprends qu’il te charrie. « Fais gaffe, j’peux devenir méchante avec les spectateurs pénibles ». Tu lui sors ton air menaçant le plus exagéré possible, avant de rire à ton tour. « T’étais allé voir quoi ? » Tu sais plus tellement quelles sont les pièces qui sont passées récemment, elles étaient pas spécialement mémorables, et toi, t’avais autre chose en tête.

Autre chose qui se manifeste encore maintenant. Si toi, t’as remarqué qu’il a arrêté de peindre complètement, lui a remarqué que t’étais pas au mieux de ta forme. Génial, ça se voit tant que ça. T’aime déjà pas ça, te sentir mal, mais si en plus tout le monde s’en rend compte … « Oui, ça va, j’ai … J’ai juste la nausée. Ca va passer. » Du moins t’espère. Il est encore tôt, parfois ça te tiens presque toute la matinée. Y’a des jours comme ça tu te demandes comment les gens font pour avoir plusieurs mômes. Faut être un peu maso sur les bords, non ? En tout cas là, si t’avais ton estomac en face de toi, t’aurais deux mots à lui dire. En attendant, tu te dis que le meilleur moyen que ça passe, c’est de continuer la conversation et de pas trop y penser. « Du coup … T’es artiste à ce que je vois ? A temps plein, ou c’est juste pour le fun ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Le silence d'une nature paisible ft Anne Lyttelton   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le silence d'une nature paisible ft Anne Lyttelton
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La nature en sommeil... [pv Hypnos]
» Soins prodigués par la Nature. [PV : Lïo]
» Les créatures de la nature ont besoin d'air pur
» Marie-Anne, duchesse de Bouillon (terminée)
» Le protecteur de la nature~

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
KEEP CALM & PARTY HARD :: La Ciutat :: Reste de la ville et de l'île-
Sauter vers: